Première bière “made in St-Côme”!

J’ai eu ma 2e entrevue officielle avec Marc, l’un des maitres brasseurs du Trécarré! Oups! Je viens de dévoiler l’identité de la source de mon dernier article. Tant pis!

Bref. Marc.

Un homme de peu de mots. Sauf quand il est question de bière. Moi derrière le bar, lui accoté au bar, ladite entrevue officielle a eu lieu. Et il a accepté de répondre à (presque) toutes mes questions.

Ma première question a été : « Marc, pourquoi le foulard? » Je m’explique. Lors du premier brassage, Marc a arboré un foulard très chic, aussi appelé une “lavallière“. Il m’a simplement expliqué avoir « souffert de coquetterie » et s’être mis sur son 31 pour l’occasion, qui représente un moment charnière pour l’entreprise.

Le côté vestimentaire étant réglé, nous pouvons maintenant passer aux choses sérieuses : le brassage de la première bière « made in St-Côme ».

brassage_biere

La question qui tue

« Pis? Comment ça s’est passé ce premier brassage, Marc? »

Il n’en fallait pas plus pour que notre brasseur s’enflamme et m’enligne plus de mots qu’il m’en avait adressés dans les 3 derniers mois.

Les premières étapes ont donc été de réviser les recettes, de préparer l’eau et de faire le tour de la brasserie pour se familiariser avec le nouvel équipement (le contrôle des pompes, la température, etc.)

Puis, on est tout de suite passé aux embûches. Sais pas pourquoi.

De ce que j’ai compris, le moulin a bourré parce qu’il était mal ajusté et que la chute de grains n’était pas assez en pente. Cela a fait que le gruau a eu le temps de refroidir. Faut pas que ça refroidisse ça a l’air cette affaire-là, parce que la bière va trop fermenter. Le moulin a bourré “parannsour”.

Quoi?

“Pa-rann-sour”!

Et là, il s’est mis à me faire des gestes… Ah! Par en dessous! Le moulin a bourré par en dessous!

Ok! On continue.

Les Chinois ont décidé de mettre un rateau dans la cuve d’empâtage. Qu’est-ce qu’ils viennent faire dans l’histoire eux autres? Eh bien ce sont eux qui ont construit les cuves. Il a donc fallu un peu de temps supplémentaire pour comprendre l’usage de ce fameux rateau et s’y habituer. Comme tout la matériel est nouveau et qu’il faut prendre le temps d’en saisir toutes les particularités et les subtilités, il y a aussi eu un petit problème avec la bouilloire. Ça aurait débordé dans la cheminée, et ça non plus, ça a l’air que ce n’est pas normal.

Un peu d’aide, ce n’est pas de refus!

Pascal ayant quitté quelques jours pour la chasse (et étant revenu bredouille, si vous vous posez la question), Vincent est venu assister Marc dans ses fonctions.

Vincent! Je vous parle de lui comme si vous le connaissiez, mais ce n’est probablement pas le cas puisqu’en matière de discrétion, il affiche un solide score! Mais qu’à cela ne tienne, je vous en parlerai plus longuement dans un prochain article. Vite vite, Vincent c’est le brasseuur de la microbrasserie Siboire qui agit à titre de consultant et qui est venu donner un coup de main pour les premières brasses.

brassage bière

Bref, les deux gars ont brassé ensemble et Vincent a fini par quitter. Le reste a bien été. C’est exactement comme ça que Marc m’a rapporté la chose, mais s’il vous plait, n’y voyez aucun lien direct!

On a donc transféré et laissé refroidir le tout, et les levures étaient en chemin. Trois heures plus tard, ça barbotait! Et voilà, la première fermentation st-cômienne était lancée!

Le but de ce premier brassage était d’arriver à faire de la bière, point. Les garçons étaient donc satisfaits de leur première brasse, car si l’opération n’a pas exactement donné ce qui était prévu, ils savent précisément ce qu’il y a à ajuster pour en arriver au résultat espéré.

Ah! Et ils ont sabré le champagne. Là aussi, il y a eu des étapes manquées, mais je vais passer les détails.

Alors, amateurs de microbrasseries, de bonnes bières, de plaisirs gustatifs et de plaisir en général, vous êtes cordialement invités à venir faire votre tour au Trécarré dès ce samedi 20 octobre, à compter de 13h, pour faire partie de l’histoire et commander la première bière « made in St-Côme ». Lors de votre commande ladite bière historique, vous recevrez une fiche d’appréciation (car votre opinion est importante!) ainsi qu’un galopin de la « batch originale » afin de la comparer (car les comparaisons sont importantes).

On vous attend, avec ou sans foulard, sur votre 31 ou pas. Vous êtes les bienvenus à venir partager avec nous cette étape importante et tant attendue.

À samedi!

Mélanie Marion

Rédactrice

Trécarré Microbrasserie

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

*

Laisse-nous te garder à jour!
Inscris-toi pour recevoir les dernières nouvelles
Vos informations ne seront jamais partagées. Nous n'abuserons pas de ta confiance... ni le nombre de courriels envoyés.